Le « marché » en majesté : extrait de mon roman LE CHRISTI (1997)

Ce Dieu-Robot, c’est le Marché… Qu’est ce monstre dont les peuples n’ont jamais vu la figure et qu’ils entendent grogner, lui et ses petits, « les marchés », dès que son estomac le dérange et qu’il réclame sans délai son abominable ration d’ajustements, de licenciements, de réduction de budgets sociaux, de « cures de rigueur », de « vérité des prix », semant le désespoir, la famine et la mort en échange des juteux rendements des obligations du Trésor américain, et le malheur aux pays qui renâclent et aux monnaies qui désobéissent, ils sont aussitôt abandonnés et châtiés par des déplacements instantanés de milliards de dollars, butins planétaires de fonds de pension, sociétés d’assurances, sociétés d’investissement à capital variable, et autres institutions financières et usines à fabriquer l’argent, imposant aux gouvernements une absence de règles et de lois, propice à leurs forfaits, conforme à leurs insatiables appétits, hurlant sur leur passage à travers les nations dévastées : « Place ! Place ! ». Cette finance mondiale, hystérique, est adorée par vous car elle présente certains traits inhérents à la nature divine telle que les hommes l’ont imaginée… Cette finance n’est plus visible, elle n’est plus matérialisée, plus de billets, de pièces, de lingots, rien que des écritures d’ordinateurs déchiffrables par les seuls initiés … »

Publicités

2 réflexions sur “Le « marché » en majesté : extrait de mon roman LE CHRISTI (1997)

  1. dominique BARRE

    Cher Monsieur ( si je puis me permettre)

    Y a t il ou non des hasards, me trouvant en vacances à Madère le semaine dernière, j’avisais la pauvre bibliothèque de l’hôtel,si famélique, garnie de quelques romans en portugais, quand un exemplaire du Christi, en français, de chez france loisir, m’est tombé dans les mains !!!

    grâce à vous, que je n’avais pas l’honneur de connaitre, j’ai non seulement partagé un grand moment de lecture, mais je suis un esprit curieux et mène depuis longtemps des recherches  » spirituelles  » .

    Or, il se trouve que je ne m’étais jamais intérréssé au catharisme .

    Lacune que je vais m’éfforcer de combler .

    Il me tenait à coeur de vous remercier .

    il va également se soi, que je vais m’empresser de lire vos autres oeuvres .

    Bien sincèrement

    Dominique BARRE

    1. renevictorpilhes

      CHER MONSIEUR
      mon oeuvre a été quasiment mise à mort voilà une vingtaine d’années alors qu’elle tenait le haut du pavé,cela à cause de mon roman l’hitlérien.Elle ne repose plus que sur l’Imprécateur,livre impossible à occulter.Cependant,nombre de lectrices et de lecteurs la découvrant,tout comme vous,au gré de la providence,se mobilisent autour d’elle et la font connaitre,ce qui lui promet à coup sûr le destin de la Belle au bois dormant!Bonnes lectures et bien cordialement à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s