Les  » démons de la cour de Rohan « (extrait N°2)

…Ordonez frottait toujours. Mais là, il se retourna afin de vérifier que nul n’était apparu aux alentours, puis il ferma les yeux .

 » Je vais vous frotter des deux mains , prévint-il, autour de la première et de l deuxième vertèbre .  »

Il joignit le geste à la parole. Maintenant ses deux pouces massaient la nuque de M.Broume .

 » On dirait que vous avez fait ça toute votre vie  » , apprécia ,  joyeux ,  l’ancien commissaire aux questions juives du maréchal Pétain, du président Laval et de l’amiral Darlan.

Ordonez malaxait doucement la nuque du vieillard. Il rouvrit les yeux et contempla le mur. C’était le 8 mai 1975.

Trente ans plus tôt, jour pour jour, Berlin capitulait. Trente-deux ans plus tôt , en ce lieu même, où il massait la nuque du grand déportateur de juifs de l’Etat Français, son papa, Diego, capitaine franc-tireur, s’écroulait au pied de ce mur, son corps déja supplicié, troué de douze balles tirées par les gestapistes. Antoine songea à sa mère et à sa soeur… Il se sentait à sa place. M.Broume poussa un petit cri :  » Vous me faites mal ,  mon ami,  que faites-vous ?

…Antoine serra plus fort. La langue de M.Broume saillit .

Auschwitz.Soit.Maïdanek.L’Eternel.Treblinka.Et loué.

Antoine eut une pensée pour tous les jeunes juifs de son âge qui, dans quelque cauchemar ,  avaient rêvé d’étrangler M.Broume.

Sobibor.Soit.Chelmno.L’Eternel.Ponary.Et loué.

Antoine sentit craquer sous ses doigts des cartilages .

Theresienstadt.Soit.Varsovie.L’Eternel .Vilno .Et loué .

Alors il serra davantage encore en faisant remonter le menton par une pression de l’avant-bras .

Skarzysko .Soit.Bergen-Belsen . L’Eternel . Janow . Et loué

Enfin la tête du bourreau s’affaissa d’un coup sur son épaule gauche.

 » Il s’en va  » dit Massip. Et il redonna les jumelles à Cavalié.

– Il est mort , dit l’ordonnance.

– Cest une belle célébration du 8 mai  » commenta Massip.

Là-bas, Antoine Ordonez s’était replié dans la forêt. Il redescendait au village et répétait dans sa tête les dernières lignes du  dernier des justes , le plus beau et le plus puissant de tous les romans jamais expulsés du ventre de l’holocauste : Dora.Soit.Neuengamme.L’Eternel.Pustkow.Et loué…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s