La « transfiguration » des pétainistes. (extrait des « démons de la cour de Rohan »(suite de La Pompei)1987-

Le lendemain  dimanche, tout Tonombres fut à la grand-messe de 10h30. Je reconnus M.Broume , l’ancien commisaire aux questions juives de Vichy, M.Reverini et M.Clar, le secrétaire d’état à l’information… L’abbé Cancel monta en chaire :  » aujourd’hui , mes frères, mes soeurs, est le jour de la Transfiguration »… D’une certaine façon, des hommes de bien du genre de M.M. Clar et Reverini et Broume qui avaient sincèrement cru servir au mieux la patrie en exécutant la politique du maréchal Pétain et du chancelier Hitler , n’étaient-ils pas, à leur tour, 25 ou 30 ans plus tard  » transfigurés  » ? Leurs visages rougis de honte , en 1945 , sous les accusations et les clameurs du peuple versatile qui les jugeait, tondait leurs femmes et leurs filles, ne  » resplendissaient  » – ils pas  « comme le soleil du visage de Jésus ? Et leurs vêtements si souillés du sang des maquisards, résistants  » terroristes des juis et des tziganes exterminés par la plus puissante, instruite, industrieuse, romantique nation du monde, ne redevenaient-ils pas  » blancs comme neige  » à l’instar des vêtements du Seigneur ce jour là ? En ce dimanche de la  » Transfiguration  » , dans cette petite église de mon cher Tonombres, je portai mon regard vers la chapelle où le clan pétainiste antisémite du Mirabat  se recueillait les yeux mi-clos devant la statue de la Vierge Marie… Qui leur avait évité la potence ? Pis : qui les avait décorés, promus, hissés sur le pavois ? L’écrivain anti-fasciste U.G. avait souvent abordé la question avant son suicide. En 1939-45, une France vermoulue et déchue se coucha, tel un grand cétacé égorgé par des squales, dans la boue et la honte, dans une Europe ravagée par le crime organisé, par un gang au niveau d’un état et à l’échelle industrielle, par des  » seigneurs  » jouant du génocide et de  » l’espace vital « . Moralité , sens de l’honneur, instinct de la liberté , le cédèrent aux pires veuleries, compromissions en tous genres , complicités de meurtre. La victoire   » mécanique  » des armées alliées, qui a terrassé le monstre nazi , n’a pas allégé la conscience ni éclairci les idées d’une France qui ne s’est pas encore remise de pareille dislocation , et , après la cauchemardesque  » campagne de France  » puis l’ouverture des portes d’Auschwitz, il n’ y avait certes pas motif à écrire derechef   » Les croix de Bois  » (roman de Roland Dorgelès publié en 1919 à la gloire des poilus.)… Mais un beau matin, les fils et filles des vaincus de 40, intrigués , inquiets de ce silence, dressèrent soudain les oreilles et reniflèrent des remugles : dix ans après l’holocauste et la lâcheté de millions d’aînés, voilà que les anciens bourreaux,  jouisseurs et profiteurs de tout poil se haussaient du col tandis que les anciens héros faisaient l’objet de compassion, voire de dérision, que les affaires et la politique reprenaient leurs droits et qu’on réhabilitait à tour de bras. C’était le début du processus de  » transfiguration  » des Clar, Sanaris, Reverini, Tonombres…

–  » ça devrait nous intéresser , pas vrai , nom de Dieu !  » tonnait U.G. peu avant son suicide.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s