la rhubarbe(prix médicis 1965)

Pauvres bâtards ! Nous sommes frustrés d’enterrements. Nous n’avons pas notre ration d’obsèques. On nous vole à notre naissance, la moitié de nos morts.

Publicités

4 réflexions sur “la rhubarbe(prix médicis 1965)

  1. Judith

    Bonjour M. Pilhes, c’est avec beaucoup d’intérêt que je découvre peu à peu votre œuvre. Ne prenez-vous pas parfois un malin plaisir à jouer avec vos lecteurs ? Je pense par exemple à L’hitlérien où ce fameux Urbain Gorenfan vit non loin de la place du Loum entouré des membres de sa famille qui portent les mêmes prénoms que les vôtres. Ou à la Rhubarbe où on se serait tenté d’y voir un roman autobiographique jusqu’à ce qu’on se dise « non, quand même pas ». Votre but était-il que votre lecteur pense à un moment donné « ça pourrait être Pilhes » ?

    1. renevictorpilhes

      Bonjour Judith.Je constate que vous pénétrez peu à peu les mécanismes souterrains qui sont à l’oeuvre dans et derrière mes livres et qui n’avaient pas échappé aux plus perspicaces de mes critiques.Oui,j’ai chargé la plupart de mes personnages de missions diverses mais qui se répondent comme en écho.Le même est une fois un personnage principal et une autre fois secondaire.Gorenfan,au centre de presque tout,le personnage « original » ,à la naissance de l’écrivain que je suis devenu,héros de mon premier roman,revient à la rescousse de L’Hitlérien quand l’auteur en a un pressant besoin,tant souffre le personnage de ce livre éprouvant publié 23 ans après La Rhubarbe.Il est extrêmement réconfortant et prometteur pour un écrivain blessé par tant de rudes batailles de constater que son projet créatif intime est saisi.Et donc,rien ne sera vain.Par ailleurs,je m’apprête à présenter sur le net les nombreuses et principales critiques qui ont porté mon oeuvre 45 ans durant et qui semblent inconnues des dernières générations.Elles en seront sûrement plus
      que surprises!Merci de contribuer à les édifier et de me lire avec autant d’intelligence.Bon dimanche.Pilhes-Gorenfan.

  2. Judith

    Re-bonjour et merci pour cette réponse. C’est très une bonne idée de publier vos critiques, j’ai hâte de lire ce qui avait pu être écrit. Née à la fin des années 1980, je découvre votre œuvre un peu après coup.
    Comment vous était venu le nom d’Urbain Gorenfan ? A-t-il une signification particulière ?
    J’ai souvent eu l’impression en vous lisant d’entrer dans un monde qui vous était propre, l’Ariège omniprésente, des lieux récurrents comme Torlu / Tonombres, l’allusion à Masergaël, les immeubles de verre et d’acier qui sonnaient comme une réminiscence, et le pic du Loum jamais loin. Mais aussi des personnages, comme des acteurs convoqués pour jouer un rôle différent selon les titres : le narrateur Pilhes, Urbain Gorenfan, Aubain Minville, ou encore le sondeur Lenoyer ou Amandine Montélimar , figurants ayant obtenu un rôle plus important ensuite. Des histoires différentes mais un sentiment de familiarité qui planait au fil des lectures, un univers singulier mais souvent si proche de la réalité.
    Bien à vous

    1. renevictorpilhes

      Bonjour Judith.Gorenfan vient de « goret + « enfant « -enfant de cochon-Ce que j’avais précisé à l’automne 1965 à Pierre Dumayet lors de mon premier passage à la télévision à l’émission emblématique « Lectures pour tous ».Oui,c’est tout à fait ma méthode de transfigurer des lieux simples et bien réels( une montagne,un village,trés souvent d’Ariège,) et d’y réunir mes troupes avant de les précipiter dans de délirants et fantastiques combats .Et de procéder,moi aussi à mes remaniements de gouvernement,rétrogradant,au fil des livres,tel personnage pour en promouvoir un autre plus apte à poursuivre l’aventure.Une lectrice aussi jeune et aussi perspicace est une aubaine pour un auteur.Merci.Et bien cordialement.Un mot sur la télé:l’INA a libéré ses archives.Vous pouvez me voir à « Apostrophes » présenter et défendre plusieurs de mes livres.Mais cette émission en 1974 (L’imprécateur) n’existait pas encore.A l’époque Pivot animait « ouvrez les guillemets »,où fut puissamment lancé L’Imprécateur.Je ne sais si l’INA a aussi libéré cette émission.Pas plus que « lecture pour tous ».Quoiqu’il en soit,elles existent et seront accessibles un jour,elles aussi,si elles ne le sont pas encore.Bonne semaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s