confidences loumaires1

En écrivant la Rhubarbe, mon premier roman, prix médicis 1965,  ( » un débutant à classer parmi les maîtres  » – J.Piatier-Le Monde), les chevaux magiques et fumants d’une inspiration que déja je maîtrisais à peine, se sont ensuite emballés et m’ont entraîné vers des contrées au statut déraisonnable gouvernées par le dieu délire : ce fut le Loum. Cela m’exalta soudain d’avoir conscience que ma littérature sortait ainsi des bornes académiques. Je continuerai plus tard ce commentaire, quand je serai plus en forme. C’est dur pour moi de parler intelligemment du Loum, 40 ans après sa naissance éprouvante et mouvementée.

Publicités

6 réflexions sur “confidences loumaires1

  1. trop tard !
    😉
    j’attends beaucoup des « à côté » du Loum…
    comment cette idée est venue ? comment la rédaction s’est-elle mise en route ?
    pourquoi un tel livre si atypique ?
    Quelle(s) blessure(s) cache cette montagne si ardue à gravir ?
    marc Laumonier

  2. renevictorpilhes

    vous savez,ce livre n’est pas fini.Après la partie ambiguë et la partie tendue,il y avait la partie perdue,toute composée à l’époque.Mais je ne voulais ni ne pouvais l’écrire du vivant de ma mère.Or,il advint que celle-ci mourut à 104 ans.J’étais devenu vieux.Avais-je encore,ai-je toujours,les capacités créatrices d’écrire ce que j’aurais pu écrire avec une certaine aisance et une exaltation assurée?C’est là mon formidable combat actuel.Comment me tirer de là à mon âge?Nous verrons.

  3. bon courage donc
    si cette troisième partie est « déjà écrite »
    envisagez vous de la publier ?
    sur papier ou sur le net ?
    le dernier roman auquel vous travaillez : est ce celui-ci ?
    est ce le prolongement du Loum ?
    lisez vous actuellement ?
    si oui quels auteurs français vous ont « interpellé » ?
    bien à vous cordialement ML

  4. renevictorpilhes

    oui,j’écris la troisiéme partie.Je la publierai peut-être de mon vivant.Pas sur le net.Oui,c’est le prolongement et la fin du Loum.Actuellement je lis »le fou du tzar » de l’estonien Jaan Kross, et j’ai en perspective « jeu de société » de David Lodge et « rosshalde » d’Hermann Hesse.Non,je ne suis tenté par aucun auteur français d’aujourd’hui.J’en ai essayé trois ou quatre qui avaient naguère défrayé la chronique et dont la crtique bien-pensante fait toujours grand cas mais ils m’avaient beaucoup ennuyé.Bien cordialement à vous.

  5. renevictorpilhes

    puisque vous avez pris la peine de m’interroger sur quelques-unes de mes lectures,je vous dois d’ajouter ceci:sans aucun doute, »les particules élémentaires  » et « plateforme » de M.Houellebeck sont des romans qui sortent tout à fait de l’ordinaire,en tout cas selon moi.Les Bieveillantes de M.Litell,pour d’autres raisons.J’ai apprécié jadis « les géants » de Le Clézio,que j’avais d’ailleurs présenté , à la demande de Pivot, à la télévision.C’est une sorte d’imprécateur moins « fou » que le mien,tout en surface,à la manière Le Clézio,tandis que moi,je m’enfonce dans les entrailles infernales.Bonne soirée à vous.

  6. Moi je viens de finir « La route » de Cormac Mac Carthy (prix Pulitzer 2008)
    depuis longtemps je n’avais pas lu un livre qui m’avait remué les tripes de cette manière
    c’est brut
    très dur
    on y parle du gris pendant 250 pages sans ennuyer
    on y parle de la déshumanisation et de l’humain cependant
    (mini critique sur mon site dans livre coup de coeur, juste au dessus du Loum)

    Je viens de lire aussi « La ravine » du poète Essenine
    seul roman écrit par ce génie
    écrit à 18 ans
    une merveille : l’homme et la nature, la vie dans le village
    une époque où on sortait de sa cabane pour tuer deux loups et un ours et on rentrait chez soi comme si on avait acheté une baguette
    petit roman « merveilleux » écrit avec une rare fraicheur poetique
    plus tard Essenine n’écrira que de la poésie pour se suicider ensuite vers 35 ans

    aujourd’hui , je commence la position de Philidor 🙂
    j’étais autrefois un joueur d’échecs assez assidu
    je joue maintenant à Dvonn ou Tzaar des jeux « noir-blanc » qui vous plairaient sans nul doute

    en auteurs français j’aime beaucoup Pierre Dumayet, Christian Gailly pour leur style
    j’ai beaucoup aimé « l’africain » de Le Clezio
    J’adore la littérature américaine et japonaise
    Haruki Murakami est pour moi un maitre (en outre il était l’ami et le traducteur de Raymond Carver, mon nouvelliste préféré)

    bien à vous
    amitiés ML

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s