l’imprécateur:introduction 1

Les gens qui à l’époque se pressaient sur le pavois, tant étaient subtiles leurs réflexions, étendues leurs connaissances, éprouvées leurs techniques, portaient haut leur superbe et leur rengorgement. Et aussi la philosophie que voici : a) fabriquons et emballons chez nous des engins et vendons-les chez nous ; b) maintenant, vendons nos engins à ceux de l’extérieur qui ont de l’argent pour les acheter ; c) fabriquons et emballons sur place, toujours chez ceux qui ont de l’argent pour les acheter ; d) pourquoi ne pas fabriquer et emballer nos engins dans les pays pauvres, de façon à les obtenir moins cher ? e) à la réflexion, pourquoi ne pas fabriquer les vis de nos engins là où les vis coûtent le moins cher, les boulons là où ils coûtent le moins cher, assembler le tout là où ça coûte le moins cher d’assembler, l’emballer là oû ça coûte le moins cher d’emballer ? f) et, finalement, pourquoi se limiter à la fabrication d’engins ? avec tout l’argent quon gagne, pourquoi ne pas acheter tout ce qui est à vendre ? pourquoi ne pas transformer notre industrie en gigantesque société de placement ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s